Full text: Vie de Sénèque

  
  
  
  
3950 LA RETRAITE DE SÉNÈQUE 
prince, banni de la cour et du palais, la protection du 
philosophe lui valut d’être finalement éloigné de 
Rome sans scandale et de recevoir, quoique n'ayant 
pas passé par la préture, le gouvernement de la Lusi- 
tanie. 
Bien des obstacles séparaient encore Poppée du 
rang suprème. Elle était résolue à les vaincre à force 
de patience et de perfidie. Provisoirement, sa situa- 
tion de favorite lui suffisait ; elle dominait dans 
l'ombre l'esprit flexible du prince et le disposait 
insensiblement aux plus exécrables audaces. Néron, 
déjà si soupçonneux, s’accoutumait sous cette maligne 
influence à voir partout des pièges, des menaces dis- 
simulées ; il apprenait à ne plus craindre l'opinion, 
cessait de rougir de sa perversité et de résister aux 
tentations. Le premier qui en souffrit fut Cornelius 
Sulla. Des insinuations malveillantes et purement 
invraisemblables prêtaient à ce malheureux les pro- 
jets les plus téméraires : c'était, en réalité, l’être le 
moins nuisible et le moins remuant du monde; on 
ne lui imputait pourtant rien de moins que d’aspirer 
à l'Empire et d'ourdir une conjuration ‘. Néron affecta 
de croire à cette fable et de prendre sa stupidité appa- 
rente pour une fine duplicité. On lui fit toucher du 
doigt un prétendu guet-apens qu'il n'aurait évité que 
par hasard, et Sulla, sans jugement ni enquête, reçut 
l’ordre de s’exiler. Le prince lui assignait Marseille 
comme résidence, avec interdiction d’en sortir?. 
Poppée trouvait autour du trône trois femmes dont 
la présence retardait ses manœuvres. La mieux en 
1 On s'était déjà servi de son nom pour compromettre Pallas et 
Burrus. V. p. 229. 
? Tacite, Ann., XIII, 47. 
 
	        
© 2007 - | IAI SPK
Waiting...

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.