Full text: 1.1929=Nr. 3 (1928000300)

sont des témoignages entre tous prcbants de ce 
goü.t national. 
Ces reflexiona sur l’art du portrait, elles me 
venaient à l’esprit, ces derniers jours, tandis 
que je songeais à écrire cet artiele. Elles s’im- 
posaient à nioi, beáucoup plus que l’éloge du 
tres remarquable artiste qu’est Cyprien-Bou- 
ict, et i! y eut un instant oú j’en éprouvai me- 
me quelque malaise. Si vraies fussent-elles, ces 
idees semblaient m’éloigner de mon sujet et du 
ecmmentaire que le peintre m’avait fait le 
grand hcnneur de demander à ma plume. Mais, 
peu à peu, je me rendís compte que, si l’histoi- 
re du portrait avait occupé de facón si tenace 
' -%■ 
Mon fetiche. 
ma songene, ce’a tenait avant tout au fait que 
uul peintre n’était plus digne de suseiter des 
rapprochements avec les maitrés immortels de 
cette tradition. 
'Oyprien-Boulet a beau, en effet, étre un mo 
deste qui se tient pías volontiers derriére son 
chevalet, dans le magnifique ateüer que son 
gout tres assuré a su orner, que dans les mi 
lieux oú l’on exibe un arfiste comme un iphé- 
noméne. Ce Latín, qui est de Toulouse et qui 
a grandi sur les bords de la Garonne, dans ¡a 
lvmiére rose de cette ville fameuse, insoucieux 
des tliéories vaines, a longue.ment, silencieuse- 
ment, interrogó dans les Musées l’oeuvre de 
ses illustres devanciers, sollicitant avec une ar 
dente curiosité, avec la passiom la plus désin- 
teressée, le secret de ces portraitistes fameux 
qui ont su recréer, sur la toile, de facón rriira- 
culeuse, la vie des visages humains. Sans répit, 
pendant des années, il a demandé aux Hclbeiu 
et aux Rembrandt de lui enseigner la vérité; 
aux Van Dyek et aux Largilliére de lui appren- 
dre le seas de la noblesse, aux Gainsborough 
et aux Reynolds de l’initier à ces subtils mys- 
téres de la gráce féminine qu’il devait à son 
tour exprimen avec tant de charme. 
II est, par ailleurtfj un aspeet du talent de 
l’artiste qui vaudrait d’etre mis tout particu- 
liérement en lumiére: c’est celui du pastel liste. 
Cet art du pastel qui, en France, plus que dans 
tous les nutres pays, a ses grandes lettres de 
noblesse et qui y compte des maitres inimita 
bles comme La Tour et Perronneau, Cyprien- 
Boulet le pratique, depuis sa jeunesse, avec uno 
magnifique maitrise, avec une verve souverai- 
ne, éíourdissante, qui reste aussi juvenile, aus- 
si fraíche, que lors-qu’il avait vingt ans. Nuil2 
part, dans son ceuvre n’apparaissent aveç plus 
d’éclat, les ressources merveilleuses du tempe- 
rament de ce peintre-né qui, ainsi que se fut 
plu à dire Renán, cum grano salis, semb'ej avoir 
été creé par un déeret ITovidentiel pour per 
petúen les traits des femmes les plus bellés de 
notre temps. 
Ainsi, d’année en année, s’est affermi le ta 
lent de Cyprien-Boulet; ainsi s’est développé, 
au contact de la tradition, sa propre personna- 
lité ,et s’est dégagée la puissante originalité, 
tant technique que morale, de son art. Pour 
s’en convainere, il suffit de parcourir cette ga- 
lerie composée lentement et qui est un des plus 
re-marquab 1 es témoignages de la pérenuitó en 
France de l’art du portrait. 
TI était bcn que Cyprien-Boulet se décidát 
enfin, aprés maintes sollicitations, à faire eon- 
naitre dans cette Republique Argentine, si prcs 
de nous par le sang et par la conception de la 
Beauté, quelques-unes de ses ceuvres les plus 
aclinirées et les plus admirables. Portraits 
d’hommes d’Etat, tel ¡que celui de M. Raoul 
Péret, l’ancien président de la Chambre des 
Députés, portraits d’auteurs • dramatiques leí 
que celui de Charles Méré le puissant auteur 
des “Trois Masques”, portraits de grandes cla 
mes et d’artistes, tous, dans leur haute tenue, 
dans leur charme troublant, dans leur vérité 
frissonnante, assurcront à cet ambassadeur ex- 
traordinaire de I’Art francais ces a/ppláudisse- 
ments qui achèveront de donner à son talent les 
legitimes consécrations réservées aux maitres 
véritables. 
Georges Grappe 
CONSERVATEUR DU MuSÉE RODIN 
Hotel Biron, 30 Mai 1928. 
54 I athénaI
	        
© 2007 - | IAI SPK
Waiting...

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.